Skip to content

THE COUNCIL OF EUROPE: THE “GUIDE” OF DEMOCRACY, HUMAN RIGHTS, AND RULE OF LAW

July 1, 2014

U.S.COE logo

Three years have passed all too quickly, and it is now time for me to depart Strasbourg and the Council of Europe and move on to my next assignment.  It has been an honor and a real pleasure for me to represent the United States of America as its Observer at the Council of Europe.

I have learned a lot during my time in Strasbourg about the extremely valuable, in fact, critical role the Council of Europe plays in promoting, maintaining, and supporting democracy, human rights, and the rule of law here in Europe and, increasingly, beyond.  But I have also come to learn that the organization is not well known, understood, or fully appreciated by most people, not only in my country, but even in Europe.  So as I return to Washington, I will continue to work to do my best to make others aware of what it is accomplishing.

But how best to describe the Council of Europe?   I have heard it said many times that the Council of Europe is the “watchdog” of democracy, human rights, and rule of law in Europe.  But I don’t think that’s the best description.  Because to be a good watchdog, you must have, first, a loud bark, and second, sharp teeth you are willing to use.   The COE has a bark, and it has teeth:  it has the remarkable European Court of Human Rights, after all.  But what the COE lacks is the temperament of a watchdog.   It was not conceived of, bred, or trained to bite or attack.  Rather, it was raised with a much more docile and good-natured temperament.   I think it was founded to lead, to help, and to guide – not to threaten, frighten or attack.

So, if we stick to canine analogies – and I don’t mean to imply a lack of vision on anyone’s part –  I think a much more appropriate description of the Council of Europe would be as the “guide dog” of democracy, human rights, and rule of law in Europe.  A guide dog must still, sometimes, bark loudly to sound a warning to prevent its owner from walking over a cliff, or stepping into traffic, or to avoid some other catastrophe.  And a guide dog must be firm and confident, nudging its owner back onto the safe path, as the COE does with its statements and decisions, or with the judgments of the Court.  But what the guide dog spends most of its time doing is leading the way and helping, as the COE does with its many monitoring mechanisms and support activities.

So when people in Washington ask me what role the Council of Europe plays in the architecture of European institutions, I will tell them it is the guide to human rights, democracy, and the rule of law.   I urge the Council of Europe to bark loudly and clearly when it sees trouble, then to firmly guide its members away from danger and back on to the safe path, and to continue to show its members the way forward.

I’d like to say thank you to all my friends, contacts, and counterparts at the Council of Europe who have made my time here so pleasant, easy, enjoyable, and useful.

Evan G. Reade

Consul General

Acting Permanent Observer to the Council of Europe

 

(French translation)

LE CONSEIL DE L’EUROPE ; le “guide” de la démocratie, des droits de l’homme et de l’Etat de droit.

 

Ces trois années passes ici sont passées vraiment trop vite, et il est désormais temps pour moi de partir de Strasbourg, du Conseil de l’Europe et de poursuivre ma route vers mon nouveau poste.

J’ai beaucoup appris pendant mon séjour à Strasbourg sur le rôle extrêmement précieux voire critique du Conseil de l’Europe dans la promotion, le maintien, le soutien de la démocratie, des droits de l’homme, et de l’Etat de droit en Europe, et de plus en plus, au-delà. Mais je me suis aussi rendu compte que la plupart des gens, autant en Europe que dans mon pays, ne connaissent, ne comprennent ni n’apprécient à sa juste valeur cette organisation. Alors au moment où je m’apprête à retourner à Washington, sachez que je continuerai à faire de mon mieux pour faire connaitre à d’autres ce qu’elle accomplit.

Mais comment décrire au mieux le Conseil de l’Europe ? J’ai entendu de nombreuses fois dire que le Conseil de l’Europe était le “chien de garde” de la démocratie, des droits de l’homme et de l’Etat de droit en Europe. Mais je ne pense pas que ce soit la meilleure description possible, car pour être un bon chien de garde il faut, premièrement, savoir aboyer fort et deuxièmement, avoir des dents acérées à utiliser pour toute occasion propice.  Le Conseil sait certes aboyer fort, et a des dents acérées : il a la remarquable Cour européenne des Droits de l’Homme. Mais ce qui manque au Conseil de l’Europe, c’est le tempérament d’un chien de garde. Il n’a pas été conçu ni éduqué pour mordre ou attaquer. Il a plutôt été élevé pour avoir un tempérament beaucoup plus docile et facile à vivre. Je suis convaincu qu’il a été fondé pour mener, aider et pour guider, certainement pas pour menace, apeurer ou attaquer.

Ainsi, pour rester dans les analogies canines – et en aucun cas je ne veux insinuer un manqué de discernement de qui que cela soit –  je pense qu’une description beaucoup plus appropriée du Conseil de l’Europe serait celle d’un chien guide, d’un chien pour aveugles de la démocratie des droits de l’homme et de l’Etat de droit en Europe. Un chien d’aveugle doit souvent aboyer fortement pour prévenir son maître sur le point de trébucher, de s’avancer sur la route ou pour lui éviter d’autres catastrophes. Un chien guide doit être inflexible et confiant dans ses choix, poussant doucement son maître dans la bonne direction ; c’est ce que fait le Conseil de l’Europe avec ses déclarations et ses décisions, ou avec les jugements de la Cour. La chose que le chien d’aveugle passe le plus clair de son temps à faire, c’est ouvrir la marche et aider, exactement comme le Conseil de l’Europe avec ses nombreux mécanismes de suivi et ses activités de soutien aux pays membres.

Ainsi, quand à Washington on me demandera quel rôle le Conseil de l’Europe joue dans l’architecture des institutions européennes, je répondrai qu’il est le guide de la démocratie, des droits de l’homme et de l’État de droit.  J’incite le Conseil à aboyer haut et fort quand des menaces se présenteront a lui pour ensuite mener ses membres hors de danger, sur un chemin plus sûr, puis continuer à indiquer à ses pays membres comment fonctionner dans les meilleures conditions.

Je tiens à remercier tous mes amis, contacts et homologues du Conseil de l’Europe pour avoir rendu mon séjour ici si plaisant, facile, agréable et utile.

 

No comments yet

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: